•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Francis Chaléat et la surf culture en Pays Bigouden

TOST est allé à la rencontre de Francis Chaleat : natif de Pont l’Abbé, enfant du Pays Bigouden où il a grandi.
Il connaît comme sa poche la pointe de la Torche à Plomeur, le fameux spot de surf du Finistère Sud où il a pris ses premières vagues en bodyboard à l’âge de 10 ans.
Il vient d’organiser avec l’ESB Surf Club la première édition du E. Leclerc Pont L’Abbé Junior Pro La Torche 2018 (durant les vacances scolaires de printemps, du 9 au 13 Mai), qui pour la toute première fois en Bretagne fait figurer la pointe de la Torche, haut lieu du surf Français et Européen, parmi les 6 étapes du circuit qualificatif de surf professionnel junior de la World Surf League, lui offrant ainsi une visibilité à l’échelle internationale.
L’élite européenne du surf espoir, ainsi que nos jeunes surfeurs et surfeuses bretons, s’y sont affrontés sur des vagues dignes de la réputation du spot mythique de la Baie d’Audierne.
Francis Chaleat partage avec nous sa passion pour le surf, ses souvenirs d’enfance sur les dunes de la Torche et ses autres passions comme la musique et la composition…

TOST Mag : Quand as-tu commencé à surfer ?

Francis Chaleat :

«J’ai découvert le surf en 96, au lieu de traîner dans mon lotissement l’été, ma mère m’avait inscrit à un stage de surf en me promettant une crêpe au chocolat à la fin de la journée (LOL) ! C’était à l’ESB la Torche avec Didier Tirilly, ça m’a plu et du coup j’en ai fait toute la semaine et j’ai reçu une Vague d’Or à la fin du stage. Ensuite mes parents m’ont acheté ma première planche, j’étais vraiment motivé pour surfer, ce fut un gros déclic. J’avais même fait une dissertation à la rentrée et j’avais eu un 17/20, j’étais inspiré !

J’ai ensuite suivi les cours au centre d’entraînement de l’école de surf ESB La Torche, j’allais en perfectionnement surf tous les mercredis et samedis. C’était 4 ans après l’ouverture de l’ESB, il y avait de nouvelles infrastructures, c’était le début du « surf encadré, structuré » à la pointe de la Torche. Il y avait à l’époque une école de surf et deux clubs dans le pays Bigouden : le Pont l’Abbé Surf Association (PASA) créé par Bruno Troadec et Gilles Romigou et le Kangourou Surf Club (KSC) où moi j’étais licencié, ce qui me permettait de participer aux compétitions de surf. Une grosse partie de mes copains étaient au PASA, j’y passais aussi pas mal de temps. »

TOST Mag : Qu’est-ce qui te plaisait le plus dans le surf ?

Francis Chaleat :

« J’ai participé à mon premier stage avec un ami, et c’est aussi comme ça que j’ai rencontré mes amis d’enfance : Pierre et Julien Troadec, Germain Romigou, et les frères Maël et Alan l’Helgoualc’h, les frères Le Berre (Rise Up)… On était une bande de copains qui aimait traîner à la Torche. On passait beaucoup de temps sur la pointe, on y allait dès qu’on avait du temps libre, après l’entraînement de surf et le week-end. On laissait même nos affaires derrière les toilettes sur le parking derrière l’ESB, et pour la petite histoire, on s’amusait à voler le goûter des autres !

On était très autonomes, nos parents nous déposaient pour la journée et on squattait les blockhaus sur la plage, c’était notre terrain de jeu. Plus tard, en grandissant, Le soir venu, on allait user nos tongs sur le parquet de la discothèque « À l’Ouest », (NDLR – elle est maintenant fermée), la seule boîte du coin où tu pouvais venir en short et en tongs pour danser.

J’ai participé à ma première compétition assez vite, j’ai remporté quelques coupes, et cela m’a permis de renforcer les liens avec mes amis lors des déplacements dans le Sud Ouest.

«J’aime rappeler des souvenirs un peu « à l’arrache » du début, où on se déplaçait avec l’ESB dans un camion bleu avec notre conducteur/moniteur/entraineur Claude Pricart (qui aujourd’hui a son école à Tréguennec), mais aussi Didier Tirrily ou Ronan Chatain. Je garde les souvenirs où l’on devait sortir du camion, pousser tous dessus pour qu’il redémarre…

Puis l’ESB s’est structurée petit à petit, s’orientant de plus en plus vers le haut niveau, achetant le premier caméscope pour filmer nos sessions et analyser nos manœuvres, c’était innovant en 1998. C’est aussi l’époque de la création de la première section sportive au collège Paul Langevin avec le professeur d’EPS Yannick le Coz de l’Atlantic Surf Shop et qui a aussi fondé le Kangourou Surf Club.

Didier Tirrily a impulsé la création du Pôle Espoir Surf de Bretagne, ouvert en 2001. J’ai pu bénéficier des entraînements de la filière d’accès au haut niveau pendant deux ans. C’était la première génération qui bénéficiait de cet accompagnement en surf au lycée. J’étais dans la même promotion que Sébastien Le Berre (Ecole de surf RIZE UP), Thomas Joncour suivait aussi les entraînements avec Alan l’Helgoualc’h (les deux fondateurs du 29 HOOD Surf Club), Gautier Hamon (décédé accidentellement lors d’une session de surf à Brest) et Léa Brassy (artiste, surfeuse et aventurière, elle sillonne le monde et a tourné une série de documentaires, elle vient de sortir une vidéo en ligne de son aventure surf et montagne en Islande avec son compagnon Vincent Colliard). »

TOST Mag : Quel est ton meilleur souvenir de compétition ?

Francis Chaleat :

« J’ai été Champion de Bretagne de Surf en 2000 sur mon spot d’enfance à la Torche, Sinon je suis aussi monté sur les podiums sur la seconde ou troisième marche.

Je m’étais inscrit à l’« Expression Session » en marge des EPSA la Coupe d’Europe de Surf sponsorisé par Kanabeach, cette épreuve récompensait la manœuvre la plus spectaculaire ; je me rappelle d’ailleurs qu’à l’inscription on nous donnait une capote, j’avais 12 ans, original, non ?

J’avais concouru aux côtés des meilleurs surfeurs européens ainsi que de mes potes Florian Talouarn et Julien Troadec, j’avais ramé à contre-courant et je n’avais même pas réussi à passer la barre, néanmoins je ne m’étais pas démonté et je n’avais pas lâché l’affaire ! »

TOST Mag : Quel est ton parcours ?

Francis Chaleat :

« J’ai fait des études supérieures en Licence STAPS, mention Éducation et Motricité, puis j’ai passé mon Brevet d’Etat pour enseigner le surf, après avoir bossé comme entraîneur j’ai repris ensuite mes études à 27 ans, pour passer un Master 1 et 2 en Management, Tourisme et Évènementiel Sportif, je voulais valider un Bac + 5 et me professionnaliser dans l’événementiel sportif.

J’ai fait mes stages chez Twenty Nine à la Torche pour mon M1 et M2. J’ai aussi reçu les félicitations des professeurs de Master pour mon mémoire concernant l’organisation des écoles de surf sur le site de la Torche et Pors Carn.

Le surf m’a permis de me « réaliser » et de m’épanouir.  Et ce master m’a permis d’avoir une reconnaissance de mon expérience pro et de mon travail personnel.

Après mon master,  je suis parti dans le Sud-Ouest pour changer d’air, j’ai enseigné le surf, la boxe et j’ai eu l’opportunité de travailler sur des événements de plus grande envergure comme le Quick Pro. Mon expérience sur le Quik pro m’a motivé à remonter pour impulser le projet du Pro Junior à La Torche.»

TOST Mag : Quel est ton Homespot préféré ?

Francis Chaleat :

« Sans aucun doute ma plage d’enfance c’est la Torche, mais il y a également plein d’autres spots que j’affectionne et qui fonctionnent bien l’hiver avec la grosse houle. »

TOST Mag : Peux-tu partager avec nous un de tes meilleurs souvenir de session ?

Francis Chaleat :

« Mon meilleur souvenir, c’était lors d’une compétition sur la Pointe de la Torche, je coachais au Championnat de France de surf en 2006 le Breton Hugo Le Frapper, 17 ans, qui était au Pôle Espoir, et pratiquait le Longboard Surf dans l’équipe de Bretagne Espoir. On se connaissait bien et on se faisait confiance.

Lors de la finale, la marée était basse, il y avait une gauche qui marchait bien, je devais lui donner des instructions. Hugo était challenger et pas favori, lors d’une dernière série de vagues, je lui ai fait signe d’attendre et de ne pas prendre la première vague, mais plutôt la suivante qui était top, il l’a surfé et a été noté (quasiment) 10 (NDLR – la meilleure note en surf donnée sur une vague).

Hugo a remporté le trophée du Championnat de France. L’autre Breton Mathieu Maréchal a fini en 3e position.

Je suis maintenant lié à vie avec lui grâce à ce super souvenir que nous partageons, ce n’était pas moi qui surfais et j’étais tellement fier de lui, Hugo m’a fait confiance dans ce moment décisif.

J’ai un autre très bon souvenir, c’est quand j’ai fait mon premier voyage solo à l’âge de 15 ans en Guadeloupe avec Florian Talouarn, on était parti tout le mois de février. Une « locale » nous hébergeait et nous préparait à manger.

C’était cool, on allait surfer à pied sur le spot « Le Moule », sans conteste l’un des spots des plus connus de l’île. Les vagues peuvent y être puissantes, il est sur un reef et attire de nombreux surfeurs. Passer 1 mois entier à surfer du matin au soir, au soleil, libre, c’est un super souvenir de surftrip, surtout à 15 ans et sans parents !»

TOST Mag : Quand tu ne surfes pas tu mixes sur tes platines ?

Francis Chaleat :

« La première fois que j’ai écouté de l’électro et plus particulièrement la House Music c’était avec les sets des DJs comme DJ Mat (alias Mathieu Le Moal). Mon premier souvenir est de le voir lors des EPSA organisé par Kanabeach, j’avais 12-13 ans, on pouvait danser sur les dunes, c’était une super ambiance, j’ai d’excellents souvenirs. Il y avait quelques DJs parmi tout ces tontons surfeurs de la Torche, ils mixaient aux platines de l’ancienne boîte de nuit de la pointe de la Torche « À l’Ouest », ou encore au Kalao à Combrit. Dans les années 90, on écoutait beaucoup de Punk Rock qui passait en bande-son sur les vidéos de surf. Je suis passé derrière les platines plus tard, à 20 ans, c’était nouveau et synonyme de fête. J’adorais aller en boîte et écouter les sets d’électro.

J’ai acheté mes premières platines avec Pierre Troadec à 20 ans, j’avais envie de faire comme ces DJs, Je suis plutôt quelqu’un d’indépendant, je n’ai jamais vraiment fait partie d’un collectif, en revanche plutôt en solo, invité par les autres collectifs. J’ai joué avec les Fresharts, Electric Picnic, Impact Electric, et maintenant le KREW KARACHA !

J’ai maintenant moins besoin de surfer et je vais plutôt boxer ou mixer sur mes platines, composer des morceaux. J’aimerais sortir un EP avec un mélange d’électro et d’acoustique (NDLR – Francis joue aussi de la guitare et clavier).

Je fais de la composition M.A.O (Musique Assistée par Ordinateur) sur le séquenceur musical professionnel « Live » de Ableton qui permet d’enregistrer des pistes et de les séquencer. Quand je fais un DJ Set, j’aime jouer les morceaux des autres et faire danser les gens. Les musiciens qui m’inspirent actuellement sont Nicolas Jaar, M83 ou encore Christophe, j’aime écouter son dernier album « Vestige du Chaos », j’aime les arrangements acoustiques et synthé. »

TOST Mag : Tu viens d’organiser le E.Leclerc Pont-l’Abbe Junior Pro La Torche avec l’ESB, peux-tu nous dire comment est né ce projet ?

Francis Chaleat :

« Après avoir bossé comme moniteur de surf et prof de boxe dans le Sud-Ouest, j’ai participé au Quick Pro, je gérais l’espace Athlètes et j’aimais le monde de l’événementiel sportif, avec mon diplôme en poche, je me disais que je pouvais aussi organiser la même chose en Bretagne.

Je pense à ce projet depuis 3 ans. C’est en discutant avec Maël l’Helgoualc’h et Florian Talouarn (NDLR – entraîneurs et préparateurs du Clés Pôle Espoir Bretagne), que j’ai compris la pertinence d’un événement pour les moins de 18 ans, le Pro Junior sur le site de la Torche était le concept le plus pertinent.

Ronan Chatain a accepté de porter le projet avec l’ESB Surf Club et son expérience allait aussi nous permettre de structurer l’événement et d’être suivi localement par les institutions. J’ai créé le premier dossier de présentation, puis nous avons présenté le projet au Salon Nautic à Paris en Décembre 2017. Lorsque j’ai trouvé notre premier gros partenaire E. LECLERC Pont l’Abbé. En parallèle Ronan a trouvé les premières subventions, nous avons gagné en confiance puis la WSL a validé le projet et intégré l’étape de la Torche dans le circuit pro junior de surf en Europe.

Tout s’est enchaîné assez vite finalement. Mais cela a été très fatigant car nous étions dans l’urgence dès le début mais il fallait porter ce projet dès 2018 ! »

TOST Mag : Le E. Leclerc Junior Pro vient de se terminer, quel bilan en dresses-tu ?

Francis Chaleat :

« Cela fait à peine 15 jours que l’événement est passé, donc à chaud : sur l’événement en lui même, nous avons eu beaucoup beaucoup de bons retours de la part de la WSL, des athlètes, du public, des institutions et de la majorité des partenaires, donc je dirais que c’est une réussite sur beaucoup de points.
Personnellement, j’avais plusieurs objectifs à travers ce projet.

Le surf et la Bretagne m’ont beaucoup donné, je voulais en retour apporter quelque chose de spécial et innovant et c’est chose faite !

J’ai entendu différents acteurs de ce sport déclarer : « le pro junior est une page de l’histoire du surf en Bretagne », je suis content de l’entendre même si je n’ai pas eu besoin d’eux pour en être convaincu !

Je voulais également me créer l’opportunité de concevoir un projet, de le défendre et d’apprendre, c’est également chose faite ! »

TOST-magazine-Francis-Chaleat-Surf-La-Torche-Mai-2018-credit-Magali-NouguierTOST Mag : D’après toi comment va évoluer le surf en Bretagne ?

Francis Chaleat :

« Parler du surf en Bretagne est très large.

Je m’arrêterai sur le plan sportif.

On est sur une logique pyramidale qui se développe. Une base de pratiquants débutants qui augmente du fait des clubs et des écoles de surf en pleine essor amenant un accès plus restreint à l’élite, si on raisonne dans une logique de performance, ce processus est très bon car il accroît la compétitivité chez le pratiquant.

Avec le Pôle Espoir, les jeunes surfeurs sont encadrés par des entraîneurs et préparateurs toute l’année et sur toute leur scolarité. On voit maintenant les résultats de ce travail de plusieurs années. Chez les Bretons, le niveau augmente ; on le constate depuis plusieurs années sur les compétitions nationales et internationales.

Le Pôle Espoir est une filière d’entraînement qui fonctionne depuis 2001 et qui connaît actuellement ses meilleurs résultats. Cependant le niveau d’expertise chez les jeunes surfeurs internationaux augmente sans cesse et la compétition est rude pour nos jeunes Bretons qui, cependant, progressent également.

Si on veut que cette filière soit de plus en plus performante, il faudra plus de moyens financiers pour permettre aux entraîneurs un cadre professionnel plus serein pour leur dégager plus de temps, approfondir leur approche de l’entraînement, suivre les athlètes sur toutes les compétitions et permettre aux athlètes et entraîneurs des stages d’entraînement en période hivernale, car progresser en hiver en combi cagoule chaussons est plus difficile qu’en short dans l’eau chaude, là ou les habiletés motrices se développent plus facilement.  Cette vision se défend lorsque l’on sait que la France accueille les J.O en 2024 et que le surf sera aux J.O.»

« Si la filière ne bénéficie pas de plus de moyens, alors la performance des athlètes continuera d’évoluer, de façon très individualisée et aléatoire, en fonction des soutiens privés, des sponsors, du soutien de la famille et de sa catégorie socio-professionnelle. Dans ce sens, nous pouvons observer dans le Sud-Ouest et même en Bretagne, des cas de déscolarisation afin de dégager plus de temps pour s’entraîner et voyager avec un suivi scolaire par le CNED. Des choix très critiqués mais qui, je pense, sont en cohérence avec la logique de l’activité. En effet, le surf se pratique dans un environnement éphémère où la capacité à s’adapter à l’instant T est une compétence majeure. Ainsi, voyager et surfer différentes vagues permet d’accroître cette compétence à s’adapter et performer sur différents supports (vague).

Si on met de côté l’idée de croissance et de développer la performance, j’estime que le Pôle Espoir Surf est déjà tellement bénéfique pour tous ces jeunes !

Elle permet à beaucoup d’entre eux de suivre une scolarité classique tout en assumant une charge d’entraînement élevée leur permettant de progresser dans leur sport, de briller pour certains au niveau national et de plus en plus au niveau européen et international !

Apprendre à gérer deux objectifs, sportif et scolaire, avec une priorité à la scolarité, est pour moi, aussi louable et valorisant que vouloir et pouvoir devenir champion du monde de surf.»

TOST Mag : Quels sont tes prochains projets ?

Francis Chaleat :

«J’en ai plein, je sais que le pro junior faisait partie du top 3 de ma « wishlist » il va falloir que je ressorte ma liste du coup 😉»

TOST Mag : As-tu une devise ?

Francis Chaleat :

«Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on y arrive » de Nelson Mandela.

TOST Mag : Tu te sens TOST (proche) de quoi ?

Francis Chaleat :

«Je me sens proche de l’océan et de mes amis avant tout.»


Interview & photos Magali Nouguier

#TostMagazine #TostHaTost

Finistère Gens Interview Photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.